Les différentes pathologies et douleurs dorsales

pathologie douleur dorsale

Vous souffrez de douleur dorsale au quotidien? Ce mal vous handicape? Qu’il s’agisse de douleur aigües continues ou intermittentes, l’impact sur votre morale, votre santé et votre bien-être peut-être important.

Pour trouver une solution à votre mal de dos, il est important de déterminer quelles sont les pathologies responsables de vos douleurs.

Si les mauvaises postures et le manque d’exercice physique viennent au premier rang des facteurs responsables de l’apparition ou de l’aggravation d’une douleur dorsale, celle-ci peut tout aussi bien résulter d’un large éventail de causes : maladies orthopédiques, gynécologiques, chirurgicales, neurologiques…

Cela étant dit, s’il existe aujourd’hui de nombreuses solutions pour prévenir ou soulager la plupart des épisodes de maux de dos, encore faut-il que vous définissiez exactement le type de pathologie dorsale dont vous souffrez. Cet article fait le point des principales raisons qui peuvent vous amener à ressentir une douleur dorsale.

Le dos d’un point de vue anatomique

Le dos est une vaste région dont la colonne vertébrale est un élément central. Cette dernière est une pièce composée de 24 vertèbres principales (12 dorsales, 7 cervicales et 5 lombaires) qui sont connectées à des ligaments et des muscles, donnant ainsi à votre corps sa forme.

Au sein de la colonne vertébrale se trouve la moelle épinière, un faisceau de nerfs qui envoie des signaux au reste de votre corps. Les différentes structures susmentionnées peuvent être responsables de douleurs dont la gravité et l’intensité sont variables.

Douleur dorsale : un symptôme qui peut cacher différentes pathologies

Les causes des maux de dos sont variables et peuvent provoquer des sensations allant d’un picotement à une douleur soudaine ou aiguë. En dehors du vieillissement, du tabagisme et des antécédents familiaux de problèmes de dos, les douleurs dorsales peuvent survenir d’une simple tension musculaire ou d’autres problèmes musculaires. Toutefois, il existe un large éventail de causes possibles :

  • La cervicalgie
  • Contracture musculaire: De nombreuses douleurs dorsales, sont liées à des douleurs musculaires qui sont des contractures. Face à la diminution de l’épaisseur des disques, muscles et ligaments doivent effectuer des efforts plus importants pour maintenir la colonne vertébrale en bonne position. C’est alors qu’ils se contractent et se durcissent et deviennent douloureux.
  • Coup du lapin (lésion traumatique des cervicales): Traumatisme des vertèbres cervicales résultant d’un basculement brutal de la tête. Cette lésion traumatique peut avoir plusieurs niveaux de gravité :
    • Contracture / Rupture ligamentaire
    • Nuque raide et difficultés à avaler
    • Fracture des vertèbres cervicales (risque de paraplégie ou tétraplégie)

    Après un tel choc il est nécessaire de consulter rapidement un médecin pour évaluer le traumatisme.

  • Discopathie: Pression exercée sur les fibres nerveuses, conséquence de l’usure du noyau des vertèbres et de la diminution de la hauteur des disques vertébraux. Encore désignée discopathie dégénérative, elle fait référence au vieillissement prématuré et/ou accéléré du disque intervertébral. Pouvant survenir sur n’importe quel disque, cette affection traduit le processus de détérioration progressif de ce dernier, mais aussi son dessèchement, sa rigidification et son tassement.
  • Dos plat: Malformation congénitale se traduisant par une rectitude du rachis. L’absence de courbure le long de la colonne vertébrale ne permet pas à celle-ci de réagir aux chocs et à la pression qui sont supportés par les disques intervertébraux, ce qui en provoque l’usure prématurée.
  • Dos rond – cyphose dorsale: Aussi appelé Cyphose Dorsale. Il s’agit d’une accentuation de la courbure vertébrale au niveau des vertèbres dorsales. Faiblesse musculaire, usure des disques, spondylarthrite, fracture, ostéoporose peuvent en être à l’origine.
  • Hernie discale: Également connue sous le nom de disque glissé ou rompu, une hernie discale survient généralement dans la colonne cervicale (cou) et la colonne lombaire (bas du dos). Elle se produit lorsque le cartilage entourant le disque pousse contre la moelle épinière ou les racines nerveuses. Il en résulte une ouverture au niveau de l’enveloppe du disque intervertébral, provoquant une saillie (vers l’extérieur de la cavité) d’un morceau du noyau de consistance gélatineuse.
  • Instabilité vertébrale: Douleurs fréquemment irradiantes, liées à la sollicitation des ligaments et articulations vertébrales.
  • Lombalgie: Ce n’est pas une pathologie dorsale à proprement parler, mais plutôt un symptôme lié à des affections telles que l’entorse lombaire, la fibromyalgie ou l’arthrose. La lombalgie fait référence à une douleur aiguë, intermittente ou chronique dans le bas du dos, au niveau des vertèbres lombaires. 
  • Lumbago: Il s’agit d’une perturbation de la mobilité du corps vertébral (trop mobile ou bloqué). Conséquence du processus de dégénérescence ou d’un dos brutalement utilisé. Affectant les muscles et ligaments situés autour des lombaires, il résulte de la pratique d’un effort physique intense ayant provoqué le froissement d’un muscle. Concrètement, le lumbago peut apparaitre – le plus souvent de façon subite – à la suite d’un mouvement brusque impliquant la région lombaire.
  • Maladie de Scheuermann: Pathologie courante chez les adolescents qui résulte d’une lésion de tissus ds disques intervertébraux et d’une faiblesse des corps vertébraux. Plus fréquent dans la région dorsale qu’au niveau des lombaires. Les vertèbres dorsales sont alors douloureuses et les muscles du dos généralement contractés
  • Mal de Pott: Localisation vertébrale du bacille tuberculeux. Les lésions creusent le corps de la vertèbre ce qui se traduit à terme par son affaissement.
  • Ostéophytes: Excroissance osseuse résultant d’une réaction adaptative des os à l’usure des disques interverébraux. Peut prendre différentes formes, mais ne cause généralement pas de douleur.
  • Ostéoporose: Phénomène de vieillissement « normal » des os qui fragilise et diminue la masse de ces derniers. La suppression de facteurs à risque tels l’alcool, la cigarette, la caféine associée à des produits laitiers et à une alimentation riche en minéraux et à la pratique régulière d’une activité physique douce constituent des éléments de prévention.
  • Rétrécissement du canal rachidien: Modification osseuse due au processus de dégénérescence qui consiste au rapprochement des corps vertébraux. Dans la phase suivante les Vertèbres finissent par se souder entre elles ce qui engendre un rétrécissement du canal rachidien et une compression de la moelle épinière et des nerfs.
  • Sciatique: Inflammation du nerf sciatique produisant une vive douleur le long d’un des deux nerfs sciatiques, la sciatique peut survenir avec une hernie discale si le disque appuie sur le nerf sciatique. Pour rappel, ce dernier se situe à l’arrière de chaque jambe et relie la colonne vertébrale aux jambes. La névralgie sciatique peut provoquer des douleurs intermittentes dans les jambes et les pieds, lesquelles ressemblent généralement à une brûlure ou à des picotements d’épingles.
  • Scoliose: Déviation de la colonne vertébrale qui, vue de face, va dévier d’un coté ou de l’autre. Le traitement est complexe car les causes n’en sont que rarement connues. Le développement musculaire et la rééducation constituent généralement le traitement initial. Le port d’un corset ou l’opération peuvent par la suite être nécessaires
  • Spondylarthrite ankylosante: Maladie rhumatismale chronique. Le processus inflammatoire s’attaque aux articulations intervertébrales de la région sacro-iliaque. L’évolution consiste en une ossification des petites articulations et des ligaments. Les hommes de 20 à 40 ans sont les plus concernés. Le stade ultime de l’évolution de cette maladie se trauit par une rigidification du rachis.
  • Torticolis: Il s’agit de contractures musculaires douloureuses et du blocage de certaines articulations vertébrales qui peuvent provoquer une limitation des mouvements du cou. Une mauvaise position prolongée, un coup de froid ou un mouvement brutal peuvent en être à l’origine
  • Ventre en avant – hyperlordose lombaire : Aussi appelée hyperlordose lombaire qui devient pathologique lorsque les courbures des cervicales et des lombaires sont exagérées. La musculation du dos permet de stabiliser la colonne vertébrale
  • Arthrose dorsale et lombaire: Résultant d’une inflammation chronique des facettes articulaires ou des disques, l’arthrose (dorsale et lombaire) fait référence à la détérioration progressive des cartilages et disques vertébraux. Elle se manifeste par des raideurs et douleurs ressenties lorsque l’articulation atteinte est utilisée.
  • Discarthrose:  La discarthrose est une forme de maladie dégénérative des vertèbres cervicales et lombaires ou plus largement de n’importe laquelle des vertèbres mobiles. Pas toujours accompagnée de douleurs, particulièrement dans les stades précoces, cette pathologie dégénérative des disques intervertébraux survient souvent à partir de la trentaine ou de la quarantaine. Lorsqu’elle atteint la région cervicale, la discarthrose provoque des raideurs et douleurs à la nuque
  • Maladie de forestier: Encore connue sous la dénomination hyperostose vertébrale engainante ou ankylosante, la maladie de Forestier touche aussi bien le bassin que les épaules. Elle commence en ciblant les ligaments qu’elle endurcit, ce qui se traduit par des raideurs le long de la colonne vertébrale. Au cours de son évolution, la maladie de Forestier entraine des ponts osseux entre les vertèbres dorsales et progressivement aux vertèbres cervicales et lombaires.
  • Spondylose cervicale : Se produisant principalement dans la colonne cervicale, où se trouvent sept petites vertèbres, la spondylose cervicale est une maladie dégénérative qui peut entraîner une perte de la structure et de la fonction normales de la colonne vertébrale. Elle survient généralement avec le vieillissement.
  • Accidents et blessures: Les chutes, accidents de voiture, entorses musculaires et fractures sont également des causes de maux de dos. Les blessures peuvent elles aussi provoquer une douleur dorsale.
  • Le mal de dos musculaire

Existe-t-il des douleurs dorsales sans lien avec la colonne vertébrale ?

Votre douleur dorsale n’est pas forcément causée par des problèmes liés à votre colonne vertébrale. Certaines causes dites extra-rachidiennes peuvent être incriminées. C’est par exemple le cas :

  • Des problèmes pulmonaires caractérisés par des douleurs aiguës accompagnées d’une gêne respiratoire
  • Des problèmes urinaires tels que les coliques néphrétiques traduits par des douleurs en bas du dos
  • Certains problèmes digestifs comme les affections de l’intestin et du pancréas marqués par des douleurs accompagnées de nausées ou de vomissements

Douleur dorsale : est-ce grave ? Quand consulter ?

La plupart du temps, les maux de dos disparaissent d’eux-mêmes en quelques semaines. Alors que les douleurs aiguës peuvent durer jusqu’à trois mois, les douleurs chroniques peuvent s’étaler sur plus de trois mois. Quoi qu’il en soit, un traitement à base d’antalgiques (aspirine ou ibuprofène par exemple) peut être entrepris lorsque votre mal de dos commence. Cela doit s’accompagner du repos.

Toutefois, vous devez penser à consulter un médecin en l’absence d’amélioration après quelques jours de ce traitement primaire. Concrètement, si votre mal de dos persiste et que vous ressentez une douleur lancinante dans les bras ou les jambes, sachez qu’il est temps pour vous de consulter votre médecin pour une évaluation approfondie. D’autres signes doivent également vous alerter :

  • Faiblesse, engourdissement ou fourmillements dans les bras et les jambes
  • Douleur nocturne : si votre douleur s’aggrave la nuit, cela pourrait être le signe de quelque chose de plus grave.
  • Fièvre accompagnée de maux de dos ou de perte de poids : ces symptômes peuvent être le signe d’une infection dans votre corps.
  • Problèmes de contrôle de vos intestins ou de votre vessie
  • Nausées, vomissements, diarrhée ou autres signes digestifs
  • Toux persistante ou gêne respiratoire
  • Sensation de fatigue intense

Conseils pour prévenir les douleurs dorsales

Le mal de dos peut rendre la journée difficile, mais il peut rendre encore plus difficile une bonne nuit de sommeil. Si vous ne parvenez pas à fermer suffisamment les yeux en raison d’une douleur dorsale chronique ou intermittente, mettez en application les conseils ci-après pour dormir plus facilement et confortablement.

  • Trouvez la bonne position. Certaines positions de sommeil peuvent aider à soulager votre douleur dorsale, mais il vous revient d’en trouver une qui vous convient le mieux. Vous pouvez en outre dormir avec un oreiller entre ou sous vos jambes pour un soutien supplémentaire.
  • Achetez un bon matelas. Il est important que vous dormiez sur un matelas qui correspond à votre morphologie. Cela dit, les matelas fermes ont la réputation de favoriser un soulagement de la douleur dorsale.
  • Essayez des étirements de yoga doux avant de vous coucher. En plus d’aider à réduire le stress et à faciliter l’endormissement, le yoga ou les étirements intensifs peuvent atténuer les douleurs lombaires.

Conclusion

En définitive, si vous souffrez de douleur dorsale, consulter un physiothérapeute qualifié avec une formation sur les troubles de la colonne vertébrale peut être d’une aide précieuse pour identifier les facteurs à l’origine du problème spécifique. Après avoir établi le diagnostic correct, le spécialiste travaillera avec vous sur un plan de traitement adapté, étant entendu qu’il n’existe pas d’approche thérapeutique universelle applicable à tous les types de pathologie dorsale.